ACCUEIL

Sois heureuse

Aujourd’hui, une collègue de travail me dit pendant la pause: « Tantely, c’est trop dur d’élever des enfants. Déjà avec un, j’ai du mal alors avec cinq, je ne sais pas comment tu fais » .

Priorité des mamans

Devenir maman c’est tout un chamboulement dans notre vie de femme avec comme priorité: rendre notre enfant heureux. Depuis 20 ans figure une de mes priorités une obsession presque inconsciente: que mes petits soient des êtres épanouis avec des visages rayonnants de bonheur. Quelle maman ne rêve pas de ça, en vrai? Regarder notre enfant bouger avec insouciance et dans la joie tout le temps: voilà l’ultime récompense d’une mère n’est ce pas?

Quand ils seront grands…

Bon, on va pas se le cacher, le chemin pour y parvenir n’est pas sans difficultés. Et plus l’enfant grandit, plus les obstacles se multiplient (snif snif). Quand mes enfants étaient petits, je disais toujours en moi-même: quand il (elle) sera plus grand(e), je serais un peu plus tranquille. Tu parles! Plus le temps passe, plus le stress augmente. On est d’accord: avoir un enfant bien éduqué, meilleur de sa classe, qui vous obéit au doigt et à l’œil, récite les versets bibliques couramment , vous aide dans les tâches ménagères, toujours propre sur lui, ne vous fait pas la fameuse crise d’adolescence, et ne vous parle jamais avec insolence, on en rêve toutes! Mais la vie d’une mère n’est pas toujours un long fleuve tranquille…

Le syndrome du « nickel chrome »

J’étais une maman hyper-perfectionniste. Il fallait que tout soit « nickel chrome », tout était chronométré, réglé comme du papier à musique. Mes enfants devaient suivre la cadence, parler, penser et bouger comme je le voulais; avoir des super notes 12 mois/12, et d’autres exigences. C’était un véritable rouleau compresseur. Je pensais que quand chez moi c’était hyper cadré, tout le monde était heureux. Déjà je n’y arrivais pas mais en plus, c’est faux.

Discerner ce qui est important

On peut penser aussi que besoins matériels comblés, un frigo bien garni, des armoires pleins à craquer, des loisirs hyper branchés = enfants heureux. Ça aussi, c’est faux.

En vrai, fixer des règles et des limites sont indispensables mais il ne faut pas tomber dans l’exagération. Les temps de loisirs et les temps en famille sont également importants.

Maman heureuse=enfants heureux

Mais la règle pour avoir des enfants heureux, c’est d’être soi-même heureuse. Et pour être heureuse, ben il faut se détendre, être reconnaissante envers Dieu pour ce qu’on a, faire les choses avec amour, et se réjouir dans les petites choses.

Les mamans sont le thermostat de la maison. Quand maman rit, les enfants sont heureux. Maman pleure, les enfants sont malheureux. C’est une règle universelle et elle est valable pour tout le monde. Et pas besoin d’être millionnaire ou d’avoir bac +50 pour ça, c’est à la portée de chacune de nous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.